Entre crise et vitalité démocratique en RDC

Media playback is unsupported on your device

Le gouvernement congolais dit avoir pris acte du compromis trouvé au Sénat sur le projet de loi électorale controversé.

Dans une interview à la BBC, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende a estimé qu'il appartient désormais à la commission mixte Parlement-Sénat de se prononcer sur un texte qui sera soumis à la Cour constitutionnelle.

Copyright de l’image AFP
Image caption Selon la Constitution congolaise le président Kabila ne doit pas se représenter.

"C'est ce texte que le président Joseph Kabila promulguera", a ajouté M. Mende.

Le texte du Sénat modifie l'article ouvrant la possibilité d'un report de la présidentielle censée avoir lieu fin 2016, ce qui permettrait à M. Kabila de se maintenir à la présidence au-delà de 2016.

Selon la Constitution congolaise le président Kabila ne doit pas se représenter.

Lambert Membe a estimé que le fait que le Senat ait amendé le projet de loi électorale est un signe évident que la RDC est sur la voie de la démocratie.

L'opposition a accueilli avec satisfaction le texte des sénateurs, mais pour le moment, elle refuse de "crier victoire".

Lire plus