Ce qui me manque de ma vie avant Ebola

Copyright de l’image Getty
Image caption Le virus Ebola a touché plus 22 000 personnes et tué au moins 8 795 en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia depuis son apparition en décembre 2013

Les personnes qui sont en contact direct avec l'épidémie du virus Ebola en Afrique de l'Ouest ont partagé leurs photos et leurs expériences en utilisant le Service d'information WhatsApp de la BBC.

Le virus a entraîné de lourdes conséquences dans les pays les plus durement touchés, soit en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.

Voici une sélection de ce qu’il manque à de nombreuses personnes depuis qu’Ebola est entré dans leur vie :

Les sports d'équipe :

Copyright de l’image BBC World Service
Image caption "Mon jeu préféré me manque : le football, et mon équipe", King Med Mans, de la Sierra Leone.

L’école :

Les écoles sont restées fermées pendant une grande partie de l'épidémie. Celles de Guinée ont ouvert leurs portes pour la 1ère fois en janvier 2015 tandis qu’au Liberia, la rentrée est prévue pour le mois de février. Il faudra certainement attendre le mois de mars en Sierra Leone.

Copyright de l’image BBC World Service
Image caption Morie Karteh en Sierra Leone explique que les enseignants sont également touchés. "Avant Ebola, à cette heure de la journée, moi et mes collègues enseignants nous serions en cours du soir mais maintenant regardez ce que nous faisons".

Kansu Mansaray souhaite qu’Ebola "disparaisse de Sierra Leone", car il veut reprendre ses études.

"Je me souviens des discussions de groupe en classe; jouer au football après l'école; faire du bruit dans la salle à manger; discuter de tout et de rien dans le hall le vendredi, raconter des histoires la nuit dans les dortoirs avant d’aller dormir".

Piano :

Copyright de l’image BBC World Service
Image caption "La chose la plus importante qui me manque depuis ce Ebola [épidémie], ce sont mes leçons de piano", explique Mohamed Dainkeh, Sierra Leone. "Comme il n'y a pas d’école, je ne peux pas m’entraîner".

Rassemblements :

Les rassemblements publics ont également été restreints pour réduire la propagation du virus Ebola. Cela a entraîné la fermeture temporaire des lieux publics tels que les cinémas ou les terrains de sport, laissant de nombreuses personnes coincées à la maison à ne rien faire.

Copyright de l’image BBC World Service
Image caption Ibrahim Barri, fan de football anglais de Premier League

"Ça me manque d'aller au club avec mes amis les mercredis et samedis", explique Charles Lamin à Makeni, dans le quartier de Bombali à Sierra Leone.

Ces histoires et photos ont été partagées par des utilisateurs du service WhatsApp Ebola de la BBC service. Pour participer, écrivez le mot "join" en envoyant un message au +44 7702 348651.

Lire plus