Togo : Les autorités ferment les écoles

Manifestation d'élèves au Togo (archives) Copyright de l’image BBC World Service
Image caption Manifestation d'élèves au Togo (archives)

Les écoles publiques et privées du Togo seront fermées jusqu'à nouvel ordre. C’est l’annonce faite mardi par le gouvernement qui tente de juguler les mouvements de revendication organisés par les élèves à Lomé et dans d'autres villes du pays.

Ces élèves revendiquaient la tenue normale des cours dans les écoles.

Selon les autorités togolaises, la fermeture immédiate des établissements scolaires publics et privés vise à ramener le calme dans le secteur de l’éducation.

Le communiqué officiel affirme que "Face à des actes de nature à mettre en danger la sécurité et la vie des élèves, de leurs enseignants et de la population, le gouvernement, a décidé, en attendant que des solutions idoines soient trouvées, la fermeture temporaire de tous les établissements scolaires de l’enseignement général et de l’enseignement technique tant publics que privés sur l’ensemble du territoire national à compter du mardi 17 février 2015 jusqu’à nouvel ordre"des .

Non contents de subir les préjudices des différents mouvements de grève de leurs enseignants, des élèves de certaines écoles publiques de Lomé sont descendus dans les rues mardi et sont aller déloger leurs camarades des écoles privées.

Ces manifestations organisées par des élèves dans la capitale togolaise et dans d’autres villes ont fortement paralysé les activités dans plusieurs établissements du pays.

Face aux actes de violence qui ont caractérisé ces manifestations, le gouvernement togolais a visiblement décidé de limiter les dégâts.

Contacté par BBC Afrique, le ministre togolais des enseignements primaire et secondaire, Florent Maganawè a précisé que c’est « protéger les élèves et faire en sorte que le climat de paix revienne dans les établissements… en attendant que des solutions idoines soient trouvées aux revendications sociales ».

Par ailleurs, les agents de la fonction publique entament mercredi une nouvelle grève de 72 heures.

Le gouvernement, pour sa part, affirme qu’il va continuer les négociations avec les responsables syndicaux, assurant que les cours reprendront dans les écoles dès le calme reviendra dans le secteur.