Les enjeux de l’électricité solaire en Afrique

Copyright de l’image AP

D’ici l’an 2050, le soleil pourrait devenir la plus grande source d’électricité au monde.

Cette prédiction faite par des analystes de l’Agence internationale de l’énergie de Paris donne de l’espoir au demi-milliard de personnes et plus qui n’ont pas accès à l’électricité et ont besoin d’une solution en Afrique subsaharienne.

De plus en plus de fermes solaires sont en cours de construction à travers l'Afrique.

L’une des plus importantes se situe en Afrique du Sud, où une ferme solaire géante près de Kimberley génère de l'énergie pour plus de 80 000 maisons.

Au Ghana, une ferme solaire de 155 mégawatts est en construction et des projets du même genre sont également en cours au Maroc.

Le problème c’est que plus d'énergie est nécessaire, en particulier si l'on considère que neuf personnes sur 10 dans les zones rurales du Kenya ne sont pas connectées à un réseau électrique.

Oliver Johnson de l'Institut pour l'environnement de Stockholm (SEI) estime qu’il est prématuré de parler de révolution même s’il y a des "évolutions passionnantes en ce moment, il y a aussi des marchés intéressants qui se développent pour des choses comme les lanternes portables solaires".

"Il y a encore beaucoup de travail à faire", a-t-il ajouté.

L'électricité en l'Afrique

  • L'Agence internationale de l'énergie estime que 585 millions de personnes en Afrique sub-saharienne n’ont pas accès à l'électricité
  • Selon la Banque mondiale, en Afrique de l'Est, seulement 23 % des Kenyans, 10,8 % des Rwandais et 14,8 % des Tanzaniens ont l'électricité