Afrique du Sud : les ravages du Nyaope

Copyright de l’image
Image caption Le nyaope est de plus en plus populaire dans les townships

Cette drogue est un mélange artisanal d’héroïne, de cannabis et d’autres ingrédients comme de la mort au rat, des médicaments antirétroviraux, du vinaigre et du chlore.

Deux dollars, environ 1200 FCFA, c'est le prix d'une dose.

Elle est donc bon marché mais hautement addictive. Elle ravage les townships pauvres d’Afrique du Sud, renforce la criminalité et détruit des familles.

Copyright de l’image
Image caption Le nyaope se consomme comme la marijuana

"Nos familles ne veulent pas de nous car nous les volons", affirme une jeune fille en train de fumer du Nyaope.

En public

Comme on peut le constater, dans certaines zones des townships, c'est en plein jour et au vu de tous que les accros au nyaope fument la substance, sous forme de joints, comme la marijuana.

Copyright de l’image
Image caption Nomsa est accro au nyaope. Ses larmes coulent quand elle évoque sa famille qui l'a rejetée à cause de son addiction.

Les conséquences à long terme peuvent être désastreuses.

Et beaucoup veulent désespérément arrêter, comme cet homme, qui indique fumer depuis 10 ans : "Ayez pitié de nous, dit-il. Nous ne faisons pas ça avec joie. Ma vie n’avance pas."

Plusieurs décès liés à la consommation de la substance ont été enregistrés.

Désintoxication

Copyright de l’image
Image caption Dans le centre d'Oupa Segone, l'agriculture est au coeur de la réhabilitation

Beaucoup de communautés ont décidé de prendre le problème en main.

Des centres de désintoxication sans licences deviennent voient le jour, et rencontrent un certain succès.

Oupa Segone gère un centre de réhabilitation dans sa ferme, à environ 27 kilomètres du township.

Il accueille 22 personnes, depuis l'ouverture du centre en janvier.

Il mélange l’agriculture et la thérapie de groupe pour réhabiliter le nombre de plus en plus important de toxicomanes qui ont besoin de son aide.

Pour lui, c'est l'environnement même du township qui est néfaste : "Je les éloigne du township. C’est là que tout se passe."

Cause nationale

Copyright de l’image
Image caption Des dizaines de milliers de jeunes consommeraient du nyaope

Le gouvernement a dit sa préoccupation de voir la popularité de la substance s'accroître à ce point.

Mais ce n'est qu'en mars 2014 que le Nyaope a été classifié comme une drogue.

Il est passible de 15 ans de prison.