Manifestation à Niamey contre le régime

Copyright de l’image BBC World Service
Image caption Les manifestants demandent que le gouvernement donne plus de moyens à l'armée pour combattre Boko Haram.

Plus de 20 mille personnes ont répondu, dans la capitale du Niger, à l'appel des organisations de la société civile pour une marche contre le régime qu'ils accusent d'étouffer les libertés et de mal gérer le pays.

Le gouvernement est en particulier accusé de ne pas donner les moyens à l'armée pour combattre la secte Boko Haram.

Les 40 organisations de la société civile ont mobilisé des milliers de personnes à la place de la Concertation de Niamey.

Les manifestants scandaient des slogans tels que: "le pays va mal", "halte aux dérives autoritaires".

Nous interpellons le gouvernement pour qu'il donne plus de moyens aux militaires afin de faire face efficacement à la secte Boko Haram, a déclaré Siradji Issa, président du Mouvement des jeunes pour l'émergence du Niger.

Mis en liberté provisoire après leur interpellation il y a une semaine pour "atteinte à la défense nationale", les activistes nigériens Moussa Tchangari et Nouhou Arzika ont dénoncé l'insuffisance de moyens de l'armée.

Les protestataires ont également dénoncé une décision du gouvernement d'augmenter le nombre des députés de 113 à 171 en 2016.

Les manifestants ont par ailleurs demandé la fermeture des bases militaires française et américaine qui, selon eux, ne servent qu'à préserver les intérêts de la France et des Etats-Unis.

Des élections législatives et présidentielle seront organisées au cours du premier semestre 2016 au Niger.

Le chef de l'État Mahamadou Issoufou est candidat à sa propre succession.