L’UA exige la libération de Karaké

Copyright de l’image AFP
Image caption Le général Karenzi Karaké en position avancée

Suite à sa rencontre avec les autorités rwandaises, l'Union africaine a appelé ce vendredi à la libération "immédiate et inconditionnelle" d’Emmanuel Karenzi Karaké.

Auparavant, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, avait demandé à l'Union africaine de condamner l’arrestation à Londres du général Karenzi Karaké.

Le général Karenzi Karaké avait été arrêté le 20 juin par la police britannique à l'aéroport de Heathrow à la demande de l'Espagne.

Jeudi, M. Karaké a bénéficié d’une liberté sous caution. Il doit verser 1,4 million de livres sterling et séjourner à Londres.

Le président rwandais, Paul Kagamé avait dénoncé peu avant "l'arrogance" de l'Occident et son ‘’mépris’’ pour le Rwanda et l’Afrique.

L’audience d’extradition du général Karaké aura lieu les 29 et 30 octobre. Pendant ce temps, il doit se présenter chaque jour à la police.