Cameroun : une région interdit la burqa

Copyright de l’image AFP

Les autorités de la région camerounaise de l'Extrême-Nord, cible régulière d'attaques des islamistes nigérians de Boko Haram, ont interdit le port du voile intégral pour lutter contre les attentats.

"Le voile intégral est complétement interdit dans la région de l'Extrême-Nord. Nous avons demandé aux gendarmes et aux policiers d'interpeller toute femme qui porte le voile intégral", a déclaré le gouverneur Midjiyawa Bakari.

Le Cameroun a subi dimanche sa première attaque-suicide, commise à Fotokol, une ville de l'Extrême-Nord à la frontière nigériane, par deux femmes kamikazes vêtues d'un voile intégral. Treize personnes ont été tuées.

Selon le gouverneur, le principe d'une telle interdiction - déjà prise par le Tchad voisin, également la cible d'attentats de Boko Haram - avait été arrêté "depuis trois semaines", soit avant ce premier attentat suicide.

A Fotokol, les deux femmes kamikazes se sont fait exploser dimanche soir à cinq minutes d'intervalle, l'une à l'entrée du camp du Bataillon d'intervention rapide (BIR) et l'autre dans un quartier voisin de cette base.

Boko Haram n'a pas revendiqué ces attentats mais utilise fréquemment ce mode opératoire au Nigeria.

Après cette série d'attentats en Afrique centrale, le Gabon - épargné par les violences - a également décidé mardi d'intensifier les contrôles des femmes portant le voile.