Législation sur le mariage en Ouganda

La Cour suprême ougandaise a jugé constitutionnelle la coutume qui consiste à payer la dot dans le cadre du mariage mais elle a rendu illégale le remboursement de la dot par la famille de la mariée en cas de divorce.

Copyright de l’image

Les féministes ougandaises qui avaient saisi la Cour Suprême ont apprécié la mesure en estimant que la demande de remboursement était source de violences contre les femmes.

Le groupe féministe Mifumi avait motivé sa requête en indiquant que cette coutume constitue une entrave au mariage et elle conduit aux abus et à l’inégalité dans le mariage.

Selon ce groupe, le fait que les hommes demandent réparation en cas de divorce est une atteinte à la dignité de la femme qui est ainsi considérée comme un objet.

Le droit au divorce des femmes était aussi remis en cause surtout dans le cas où la famille de la femme n’a pas les moyens de rembourser.

En 2010, ce groupe avait saisi la Cour Suprême mais sa requête avait été rejetée.