RCA : l’ONU ouvre une enquête

La Mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca) a ouvert une enquête sur sur des accusations de viol d'une fillette et d'homicide d'un adolescent de 16 ans ainsi que de son père par des casques bleus.

Copyright de l’image

"Aucune mauvaise conduite de cette nature ne peut être tolérée. Le secrétaire général prend cette situation très au sérieux ", a déclaré à New York, Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

"Pendant une perquisition effectuée dans une maison le 2 août vers 2 heures du matin, la fillette s'était cachée dans la salle de bains.

Un homme portant, semble-t-il, un Casque bleu et un gilet des forces de maintien de la paix des Nations unies l'a emmenée à l'extérieur et violée derrière un camion", a accusé Amnesty dans communiqué".

Au moins cinq personnes, dont un Casque bleu camerounais de la Minusca, avaient été tués et des dizaines blessés pendant cette opération qui s'est déroulée les 2 et 3 août, visant à arrêter un ancien chef de l'ex-rébellion Séléka dans l'enclave musulmane du PK5 à Bangui.

La Séléka, à dominante musulmane, avait pris le pouvoir à Bangui en mars 2013, avant d'en être chassée l'année suivante, mais elle y a gardé des sympathisants, notamment dans le quartier du PK5.

"Il faut qu'une enquête indépendante soit menée de toute urgence par la justice civile et que les responsables présumés de ces crimes soient suspendus sans délai", a réclamé Amnesty International.

L'ONG s’est "entretenue avec 15 témoins immédiatement après les faits, ainsi qu'avec la fillette concernée et des membres de sa famille".