Le Burundi inquiète l’ONU

Ban Ki-moon a condamné "la rhétorique incendiaire" et les violences au Burundi. Les découvertes de corps sans vie sont devenues monnaie courante à Bujumbura, la capitale du pays, a-t-il déclaré dans un communiqué.

Copyright de l’image AP
Image caption Des corps sans vie ont été découverts récemment au Burundi, à la suite des violences, selon Ban Ki-moon.

Les corps de certaines victimes montrent qu’elles ont été l’objet d’exécutions sommaires, selon le secrétaire général de l’ONU.

Les autorités burundaises ont le devoir d’assurer la protection des civils, a-t-il rappelé.

De son côté, le président burundais Pierre Nkurunziza a ordonné aux groupes armés de déposer les armes au plus tard ce week-end.

Les violences ont éclaté depuis le mois d’avril, après qu’il a décidé de briguer un nouveau mandat présidentiel.

M. Nkurunziza a été réélu en juillet, en remportant 70 pour cent des suffrages. L’élection avait été boycottée par l’opposition.