RDC : kidnapping contre rançon

"La plupart des enlèvements ont eu lieu dans des zones qui étaient contrôlées par le M23".

L'organisation américaine de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW), a révélé la hausse du nombre d'enlèvements contre rançon dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

L'ONG affirme que des anciens miliciens ont enlevé au moins 175 personnes dont trois étrangers travaillant pour des agences humanitaires depuis le début de l'année.

Au moins quatre otages ont été tués, ajoute l'organisation dans un communiqué publié mercredi.

HRW indique que "la plupart des enlèvements documentés par Human Rights Watch ont eu lieu dans des zones qui étaient contrôlées par le M23".

Elle établit un lien entre le désœuvrement et le manque d'emplois promis aux anciens combattants des groupes armés et la hausse des enlèvements.

"Lassés d'attendre l'application du processus de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR), ils se sont tournés vers une autre activité criminelle, notamment le kidnapping", conclut le communiqué.

Par ailleurs, HRW exhorte Kinshasa à créer une unité de police spéciale chargée d'aider à secourir les otages et de mener des enquêtes et des poursuites contre les ravisseurs.