La candidature de Zinsou contestée

Une coalition d'hommes politiques et de syndicalistes béninois conteste le choix du Premier ministre Lionel Zinsou comme candidat du parti au pouvoir à la présidentielle du mois prochain.

Selon eux, il s'agit d'un "parachutage" téléguidé par la France, l'ancienne puissance coloniale.

M. Zinsou est un banquier d'affaires franco-béninois, avait quitté en juin son poste à la tête d'un des plus gros fonds d'investissement européens pour devenir Premier ministre du Bénin.

A la surprise générale, il avait été désigné, quelques mois plus tard, comme candidat des Forces Cauris pour un Benin Émergent (FCBE, parti au pouvoir) à l'élection du 28 février à laquelle le président Thomas Boni Yayi ne se présente pas.

Une coalition de personnalités du monde politique et syndical, menée par l'ancien chef de l'Etat Nicéphore Soglo, a dénoncé dans un communiqué publié mardi le "complot politique qui se profile avec la candidature imposée de Lionel Zinsou" et a réclamé des explications de la part de la France sur ce "parachutage".

Normalien, M. Zinsou, 61 ans, a passé une grande partie de sa carrière en France, où il a notamment été la plume de Laurent Fabius quand l'actuel ministre français des Affaires étrangères était Premier ministre.

S'il est le neveu de l'ex-président béninois Émile Derlin Zinsou, ses détracteurs lui reprochent de méconnaîtrele Bénin où il a peu vécu.