Libye : Benghazi dans le noir

Copyright de l’image AFP
Image caption Benghazi est le théâtre d'affrontements quotidiens entre forces gouvernementales et groupes armés.

Selon un ingénieur contacté par la BBC, des tirs d'obus ont frappé de plein fouet les installations de la principale centrale électrique de la ville située à l’Est du pays.

D’après son témoignage, cinq des six transformateurs de l'installation ont été gravement endommagés.

Il a indiqué qu'il était probable que les coupures d'électricité ayant frappé cette ville, berceau de la révolte de 2011 qui a renversé le dictateur Mouammar Kadhafi, s'aggravent à travers la région.

En deux mois, il s’agit de la cinquième attaque visant la centrale.

Les agents de maintenance sont à pied d'œuvre afin de réparer les dégâts.

Ces derniers ont estimé que de longues coupures d’électricité sont à prévoir dans la zone entre Benghazi et la ville de Musaed à quelque 500 kilomètres près de la frontière égyptienne.

Pour le moment, l'attaque n’a pas été revendiquée mais le personnel sur place soupçonne des groupes terroristes.

"Si cette centrale a été prise pour cible, c'est pour obliger les habitants de Benghazi à renoncer à combattre les groupes terroristes", a déclaré le capitaine Adnane al-Baba de l'organisme de lutte antiterroriste.

Depuis 18 mois, les forces pro-gouvernementales combattent une coalition de factions armées, notamment des milices islamistes, pour le contrôle de la deuxième ville libyenne.

Le pays a sombré dans le chaos après la chute de Mouammar Kadhafi en octobre 2011.

Depuis 2014, les affrontements à Benghazi, ville située à 1.000 km à l'est de Tripoli, ont fait près de 2.000 morts, selon un bilan de l'organisation indépendante Libya Body Count datant de décembre.