Niyombaré à la tête de la rebellion

Le général burundais Godefroid Niyombare, qui dirigeait le putsch des 13 et 14 mai 2015 au Burundi, a été placé à la tête de la rébellion burundaise mise sur pied en décembre pour chasser le président Pierre Nkurunziza du pouvoir, a annoncé jeudi le mouvement.

Copyright de l’image

Le général Nyombare, 47 ans, fut un compagnon d'armes de Pierre Nkurunziza au sein de la rébellion hutu du CNDD-FDD, que ce dernier dirigeait durant la guerre civile burundaise (1993-2006), avant de devenir le premier chef d'état-major hutu de l'armée burundaise (2009-2013), puis le chef du Service national de renseignement (SNR) entre décembre 2014 et son limogeage en mars 2015.

"La coordination générale des Forebu est assurée par le général Godefroid Niyombare", a annoncé le nouveau porte-parole des Forces républicaines du Burundi (Forebu), le commissaire de police Edouard Nibigira, ancien membre de l'état-major de la police et ancien directeur de la protection civile.

M. Niyombare est depuis novembre sous le coup de sanctions américaines, de même que le n°2 du putsch - arrêté et emprisonné - le général Cyrille Ndayirukiye, et que plusieurs hauts responsables des autorités burundaises.

Également issu de l'ex-rébellion du CNDD-FDD, le colonel Jules Ndihokubwayo, ancien officier de liaison auprès de la force africaine en Somalie (Amisom) et qui a récemment déserté, devient chef d'état-major général des Forebu.