La défense de Gbagbo attaque Ouattara

Emmanuel Altit, l’un des avocats de M. Gbagbo. Copyright de l’image Getty

Au troisième jour du procès de Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale (CPI), la défense de l'ex-chef d'Etat a accusé lundi le président Alassane Ouattara de s'être emparé du pouvoir "par la force" avec l'aide de la France.

"Alassane Ouattara et ses soutiens voulaient se saisir du pouvoir par la force, et la bataille d'Abidjan est la mise en œuvre de cette stratégie", a déclaré Emmanuel Altit, l’un des avocats de M. Gbagbo.

Me Altit a accusé Paris, d'avoir fourni des armes aux forces pro-Ouattara malgré un embargo décrété par l'ONU.

Jennifer Naouri, une autre avocate de la défense, a indiqué que "les rebelles pro-Ouattara ont amélioré leur organisation avec le soutien de la France et du Burkina Faso, à l'approche de la présidentielle de 2010".

Laurent Gbagbo est le premier ex-président poursuivi par la CPI.

Son procès pour crimes contre l'humanité avec son co-accusé Charles Blé Goudé, ex-chef de milice, doit durer entre trois et quatre ans.