Somalie : le PM contre les mutilations génitales

Image caption Ifrah Ahmed est la militante qui a convaincu le Premier ministre somalien de signer la pétition contre les mutilations génitales féminines.

En Somalie, les mutilations génitales féminines sont contre la constitution, mais le parlement n’a toujours pas passé de loi pour interdire la pratique.

Le Premier Ministre Omar Abdirashid Ali Sharmarke s’est joint à plus d’un million de personnes qui ont signé la pétition en ligne pour mettre fin à cette tradition.

D’après l’Unicef, plus de 90% des filles somaliennes subissent des mutilations génitales féminines.

Selon l’organisation, la pratique est principalement effectuée sur les filles âgées entre quatre et onze ans.

Cela peut laisser des séquelles durables sur la santé physique et mentale des filles en question.

Pour la militante Ifrah Ahmed, le soutien du Premier ministre est une étape importante car dans le pays, peu de personnes discutent de ce sujet ouvertement.

Ifrah Ahmed, qui a elle-même été victime de mutilation génitale, espère que cette prise de partie exercera une pression sur les législateurs pour qu’ils votent la loi.

Mais les militants admettent qu’il faudra sans doute plus pour mettre un terme à cette tradition.

Ifrah Ahmed pense qu’il faudra faire des campagnes d’éducation et une volonté politique de faire respecter la loi.