Le Zimbabwe manque de liquidités

dollars Copyright de l’image Getty

Au Zimbabwe, pour faire face au manque de liquidités, la banque centrale va importer environ 15 millions de dollars americains.

La semaine dernière, les retraits d'argent aux guichets des banques et aux distributeurs ont été limités a 1000 dollars par jour et par personne.

Depuis, la banque centrale a également décidé d'introduire sur le marché dans les deux prochains mois des billets d'obligation dont la valeur est alignée sur le cours du dollar. L'opposition a considéré que cette mesure pourra signifier la réintroduction du dollar zimbabwéen et le retour de l'hyperinflation.

Le gouverneur de la banque centrale juge cette rumeur fausse et a défendu ses choix pour pallier la pénurie d'argent liquide dans le pays.

Le Zimbabwe ne dispose plus de monnaie nationale depuis 2009, mais le pays va imprimer des billets dont la valeur sera indéxée sur le dollar americain pour faire face au manque de liquidités.

Ces billets d'obligation pourront être utilisés pour les achats au Zimbabwe et se présenteront sous forme de coupure de 2, 5, 10 et 20. Les coupures seront financées a hauteur de 200 millions de dollars par la banque panafricaine Afrximbank et seront imprimées en Europe.

L'annonce a été faite la semaine dernière. Et depuis, beaucoup au Zimbabwe craignent que cette mesure signifie une réintroduction de la monnaie zimbabwéenne.

Non, insiste John Mangudya, le gouverneur de la banque centrale, les fondamentaux ne sont pas réunis pour son retour et il s'agit juste d'une mesure pour juguler les flux illicites qui quittent le pays.

Mais plusieurs experts sont sceptiques. C'est une mesure très dangereuse, estime l'économiste John Robertson qui prédit déjà une autre histoire d'inflation.

En janvier 2008 le taux d'inflation avait atteint plus de 100 000 pour cents et le pays avait imprimé des trillions de dollars zimbabwéens. Maintenant, des milliers de personnes font a nouveau la queue devant les banques pour avoir un peu d'argent et faire face a leurs depenses quotidiennes.