L'opposition veut le départ de Kabila

L'opposition congolaise réunie à Bruxelles a mis en place vendredi une nouvelle structure baptisée "Rassemblement" qui exige le départ du président Kabila en Décembre.

Copyright de l’image

"Quelles que soient les circonstances dans lesquelles le pays va vivre, nous sommes tout près de la victoire", a déclaré devant une centaine de délégués de l'opposition et de la société civile congolaise l'opposant historique Etienne Tshisekedi, en déclarant clos le "conclave" qui s'est tenu dans un hôtel de Genval, à une vingtaine de kilomètres de la capitale belge.

Le consensus s'est fait sur la mise en œuvre de la résolution de l'Onu qui préconise le respect de la constitution et la mise sur pied d'une structure commune présidée par le chef de l'opposition Etienne Tshisekedi.

L'accord des partis de l'opposition a été annoncé à l'issue de deux jours de conciliabules à huis clos, parfois tendus, lancés à l'initiative de M. Tshisekedi, président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), 83 ans, et candidat malheureux à la présidentielle de 2011 face à Joseph Kabila.

Le texte, dit "Acte d'engagements", prévoit d'unir les "forces de l'opposition au sein du "Rassemblement" pour faire aboutir la lutte du peuple congolais au service de l'alternance et de l'Etat de droit".

Un "comité des sages", placé sous la direction de M. Tshisekedi, sera chargé, avec l'aide d'un organe plus technique, de coordonner l'action de l'opposition, qui a jusqu'ici échoué à former un front uni contre le régime de M. Kabila, au pouvoir depuis 2001.