RDC : de l’eau au-delà des frontières

Le commerce d'eau provenant du Rwanda est tenu par des ressortissants des deux pays.
Image caption Le commerce d'eau provenant du Rwanda est tenu par des ressortissants des deux pays.

Depuis des années, les habitants de la ville de Goma, dans l’Est de la République démocratique du Congo, se plaignent du goût salé de l’eau.

Pour pallier ce problème, ils s’approvisionnent au Rwanda voisin.

Au poste frontalier entre les deux pays, plusieurs handicapés s’adonnent à ce commerce.

Ils puisent l’eau dans le district de Rubavu, dans l’Ouest du Rwanda, et la transporte jusqu’à la frontière à l’aide de vélos ou de tricycles.

Fidèle Kugima, handicapé rwandais, le fait depuis quelques mois :

“ Nous puisons au robinet pour la revendre de l’autre côté de la frontière, mais pour joindre les deux bouts du mois, j’ai aussi un travail de bagagiste dans une petite ONG locale ”.

Dans l’ancienne province du Nord-Kivu, les Congolais aussi s’adonnent à ce commerce.

Cette fois-ci, ils achètent l’eau à la frontière pour aller la revendre au cœur de la ville.

Le prix varie de 300 Franc congolais à 1000 FC, selon la quantité (soit un peu plus d’1 $ US).

Un montant qui se multiplie, selon la consommation des personnes et le nombre des membres de chaque famille.

Par moment, la somme à dépenser peut devenir importante et pèse sur le budget familiale, selon les témoignages recueillis sur places.

“ Ca marche mais tout dépend du la météo car quand il fait plus chaud, les gens ont plus besoin d’eau. Moi, je gagne assez bien ma vie sauf que chaque jour, je dois épargner de l’argent pour l’entretien mensuel de ma mobylette. Cela me coute 15 dollars”, estime Rémy, vendeur d’eau.

De l’eau salée

A Goma, l’eau qui provient en générale du Lac Kivu est salée.

La population a peur de la consommer au risque d’avoir des problèmes de santé.

“La santé n’a pas de prix”, a déclaré un habitant de la ville qui a avoué acheter l’eau qu’il utilise pour sa lessive.

L’eau salée abimerait aussi plus vite les vêtements, selon plusieurs personnes interrogées.