Karim Wade libéré

Vos commentaires sur notre page Facebook

Copyright de l’image
Image caption Dans la nuit de jeudi à vendredi, le fils de l'ancien Chef d'Etat Abdoulaye Wade a été libéré.
"Le président de la République (…) a gracié Messieurs Karim Meissa Wade, Ibrahima Aboukhalil dit Bibo Bourgi et Alioune Samba Diassé", annonce la présidence sénégalaise dans un communiqué.

Elle précise que "cette mesure dispense seulement les condamnés de subir la peine d’emprisonnement restant à courir".

Le communiqué de la présidence sénégalaise affirme que Karim et ses deux coaccusés restent cependant soumis aux sanctions financières retenues contre eux par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI).

La procédure de recouvrement des montants financiers qu’ils doivent à l’Etat du Sénégal se poursuivra aussi.

Il a quitté Dakar vendredi matin pour le Qatar, selon un porte-parole du ministère sénégalais de la Justice.

Six ans d'emprisonnement

Karim Wade a passé plus de trois ans en détention, à la suite d'une série d'enquêtes judiciaires visant des proches de l'ex-président Abdoulaye Wade accusés d'enrichissement illicite.

En mars 2015, la CREI a estimé qu’il s'était enrichi illégalement avec des fonds publics, à hauteur de 138 milliards de francs CFA (environ 208 millions d’euros).

Sa fortune jugée illicitement acquise a d'abord été évaluée par la CREI à 694 milliards de francs CFA.

Mais à la fin du procès, en mars 2015, cette juridiction spéciale la chiffre à 138 milliards de francs CFA et condamne à six ans d'emprisonnement le principal accusé de l’affaire.

Copyright de l’image AFP
Image caption Karim Wade et son père

La libération de ce dernier a d'abord été évoquée par le président Macky Sall à un média international.

Le président Sall, cité par la presse sénégalaise, a assuré la semaine dernière à des chefs musulmans du pays que la libération de Karim Wade allait avoir lieu avant la fin du mois du jeûne du Ramadan en cours.

Karim Wade a été ministre de mai 2009 à la fin du régime d'Abdoulaye Wade en mars 2012.

Ministre d'Etat, il s'occupait de la Coopération internationale, de l'Aménagement du territoire, des Transports aériens et des Infrastructures, d'importants portefeuilles qui lui ont valu le surnom de "ministre du Ciel et de la Terre".

"Dévolution monarchique"

Avant d'entrer au gouvernement, il a dirigé pendant deux ans, à partir de 2006, une agence nationale chargée de la construction d'importantes infrastructures prévues pour la tenue du 11e sommet de l'Organisation de la conférence islamique, en mars 2008, à Dakar.

Cette agence avait reçu des centaines de milliards de francs CFA en provenance des pays arabes, les monarchies pétrolières du golfe Persique notamment (Arabie Saoudite, Koweït, Qatar…).

L'opposition sénégalaise a accusé Abdoulaye Wade de mûrir un projet de "dévolution monarchique", au terme duquel il devait se faire remplacer par son fils à la tête du pays.

Karim Wade a fait ses études universitaires à Londres et à Paris. Il a travaillé dans le secteur bancaire, à Londres notamment, avant de rejoindre le Sénégal en 2002, deux ans après l'élection de son père à la présidence sénégalaise.

Sur le plan politique, il a dirigé une liste pour l'élection des conseillers de la mairie de Dakar, la capitale sénégalaise, en mars 2009. Battu par le socialiste Khalifa Sall, il entre dans le gouvernement deux mois plus tard.