Ouganda : Kizza Besigye libéré

Image caption Kizza Besigye, accusé de "trahison", a organisé une cérémonie de sa propre investiture comme chef d’Etat, après l'élection présidentielle de février 2016.

Kizza Besigye a été libéré sur la base d’un accord selon lequel il va verser 30 000 dollars à l’Etat ougandais et abandonner la série de manifestations lancées par son parti contre le gouvernement.

"Je suis content d’être libre", a-t-il lancé, faisant le signe de la victoire, à sa sortie de prison, selon un correspondant de la BBC à Kampala.

Il est reproché à M. Besigye de s’être autoproclamé président de l’Ouganda et d’avoir organisé une cérémonie de sa propre investiture comme chef d’Etat, après avoir été déclaré battu à l’élection présidentielle février dernier.

Accusé de "trahison", M. Besigye a été arrêté plusieurs fois après l’élection présidentielle de début 2016 dont il contestait les résultats.

Son parti organisait des cérémonies de prières hebdomadaires et des marches de protestation contre le régime de Yoweri Museveni, après cette élection.