Niger : la prison pour 7 opposants

Copyright de l’image Getty
Image caption La justice accuse de "trouble à l'ordre public" des militants du parti de Hama Amadou, le leader de l'opposition nigérienne.

Sept militants du parti de l'opposant nigérien Hama Amadou ont été condamnés à 10 mois de prison ferme et 2 mois d’emprisonnement avec sursis.

Traduits en justice pour "attroupement armé et trouble à l'ordre public", ils ont été jugés mardi, à Niamey.

Parmi les condamnés figure le député Soumana Sanda, président du groupe parlementaire du parti de Hama Amadou.

En novembre 2015, ils avaient tenté d’accéder à l’aéroport de Niamey pour accueillir le chef de leur parti, qui rentrait de la France.

Le même jour, ils ont eu des échauffourées avec la police. Quelque 120 personnes avaient été interpelées.

L’avocate Bibata Niandou Barry, qui défend les accusés, a dénoncé "un procès politique".

L’opposition porte le même jugement sur ce procès. Les personnes condamnées sont des "prisonniers politiques", selon Ousseini Salatou, un porte-parole de l’opposition.

Hama Amadou, lui, a passé plusieurs mois en prison pour "trafic présumé de bébés". Il est actuellement en France pour des raisons de santé.

La coalition qui soutenait sa candidature a boycotté le second tour de l’élection présidentielle de début 2016.