Juba ne veut pas de troupes de l’UA

Copyright de l’image AFP

Le gouvernement sud-soudanais est opposé au déploiement d’une force africaine dans son territoire.

"Nous ne sommes même pas prêts pour le déploiement d’un seul soldat dans notre pays. Cela ne résoudra pas le problème", a déclaré à la BBC le ministre sud-soudanais de l’Information, Michael Makuei Lueth.

Il a fait cette déclaration après l’annonce, par les dirigeants africains, de l’envoi d’une force de maintien de la paix au Soudan du Sud.

La mission de la force africaine sera plus consolidée que celle de l’ONU actuellement dans ce pays, a indiqué Smail Chergui, le commissaire chargé de la paix et de la sécurité à l’Union africaine.

Ses soldats viendront d’Ethiopie, du Kenya, du Rwanda, du Soudan et de l’Ouganda, selon l’UA.

"Les soldats des Nations unies n’ont pas pour mission d’imposer la paix" aux belligérants sud-soudanais, a souligné Smail Chergui, à l’occasion du 27e sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine, à Kigali.

Malgré la présence au Soudan du Sud d’une force de l’ONU constituée d’environ 12 000 soldats, les troupes gouvernementales et les rebelles sud-soudanais ne cessent de s’affronter depuis plus de 2 ans.

Les derniers combats survenus début juillet ont fait environ 300 morts et ont contraint des milliers de personnes à quitter leur lieu d’habitation.