Mondiaux d'athlétisme 2017 : IAAF et les soupçons de corruption

iaaf, corruption, qatar Copyright de l’image Getty Images
Image caption Papa Massata Diack le dirigeant de la société de marketing sportif

Selon le quotidien français le Monde, le fonds d'investissement qatari QSI avait versé près de 3,5 millions de dollars à une société de marketing sportif dirigée par Papa Massata Diack, le fils de l'ex-président de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) Lamine Diack. Ces fonds ont été versés pour obtenir l'organisation des Mondiaux d'athlétisme 2017. C'est finalement Londres qui va les organisés. Mais Doha gagne tout de même l'organisation des mondiaux de 2019.

Parmi des données d'enquêtes rassemblées par le fisc américain, le journal a eu accès à deux virements d'un montant total de 3.499.950 dollars.

Ces sommes ont été virées par Oryx Qatar Sports Investments vers la société Pamodzi Sports Consulting dirigée par Papa Massata Diack, les 13 octobre et 7 novembre 2011. A l'époque, la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) enquête sur les dessous de l'attribution des Mondiaux d'athlétisme 2017.

Papa Massata Diack, consultant de l'IAAF jusqu'en 2014 et responsable de la société de marketing sportif est soupçonné d'être l'un des acteurs du système de corruption mis en place au sommet de l'IAAF pour couvrir des cas de dopage dans l'athlétisme russe en échange d'argent.

Actuellement au Sénégal, Papa Massata Diack fait l'objet d'un mandat d'arrêt international lancé par la justice française, qui enquête sur ce dossier. Son père, Lamine Diack, président de l'IAAF de 1999 à 2015, est lui aussi mis en examen depuis novembre 2015 pour corruption et blanchiment aggravé dans la même affaire.