Tout savoir sur le CHAN

Beaucoup d'anciens vainqueurs du CHAN n'ont pas réussi à se qualifier cette année. Copyright de l’image CAF
Image caption Beaucoup d'anciens vainqueurs du CHAN n'ont pas réussi à se qualifier cette année.

La CAN des joueurs locaux plus connu comme le Championnat d'Afrique des Nations (CHAN) a débuté samedi au Maroc. Retour sur un évènement sportif très apprécié des recruteurs.

C'est en 2009 que l'ancien président de la Confédération africaine de Football (CAF) a lancé ce tournoi pour permettre aux joueurs des championnats locaux d'être sous le feu des projecteurs.

16 sélections se disputent la coupe et le vainqueur empoche la somme 1 million d'euros.

Depuis 2014, les résultats des matchs du CHAN sont comptabilisés dans le classement FIFA.

Pour l'édition de cette année, le Kenya devait organiser le tournoi. La CAF a décidé le 23 septembre dernier de lui retirer l'organisation en raison de retards dans les travaux et de la situation politique tendue.

15 jours plus tard, le Maroc a été choisi comme pays-hôte.

Les villes de Casablanca, Marrakech, Agadir et Tanger accueillent la compétition.

Copyright de l’image CAF
Image caption Ouganda contre la Zambie

Ce changement de pays-hôte avait permis de repêcher l'Egypte mais les Pharaons ont décliné et la dernière place est finalement revenue au Rwanda qui s'est qualifié en barrages au détriment de l'Ethiopie.

Beaucoup d'anciens vainqueurs du CHAN n'ont pas réussi à se qualifier cette année.

Parmi les précédents vainqueurs, seule la Libye, sacrée en 2014, est au rendez-vous.

Deux fois victorieuse et tenante du titre, la RD Congo a échoué lors des qualifications, tandis que la Tunisie, lauréate en 2011, a renoncé à participer aux éliminatoires.

Copyright de l’image CAF
Image caption Des supporters

Pour la première fois, la CAF va utiliser l'arbitrage vidéo dans une de ses compétitions.

Le CHAN est aussi le rendez-vous à ne pas manquer pour les recruteurs. L'Algérien Hilal Soudani (2001), le Tunisien Youssef Msakni (2011), le Malien Yves Bissouma (2016), l'Ivoirien Yao Serge Nguessan (2016), tous se sont par exemple révélés au CHAN.

Achraf Bencharki (Maroc), Ibrahim Sory Sankhon (Guinée), Frantz Pangop (Cameroun) ou encore Fonsinho (Côte d'Ivoire) pourraient faire partie des révélations cette année.