Mondial 2018: le match Iran-Sierra Leone a-t-il été truqué?

football,worldcup,mondial,soccer,sierraleone,libye,afrique,trucage
Image caption La sélection du Sierra Leone Stars a remplacé la Libye, adversaire initialement prévu des hommes de Carlos Queiroz.

La partie amicale disputée le 17 mars aurait été organisée "dans le dos" des patrons de la fédération sierra-léonaise, dont l'équipe a été battue 4-0.

En pleine préparation pour la Coupe du monde en Russie en juin prochain, où il se retrouvera dans le même groupe que l'Espagne, le Portugal et le Maroc, l'Iran avait reçu voici une dizaine de jours la Sierra Leone, équipe classée au 98e rang du classement FIFA, entre les Iles Féroé et l'Inde.

L'Iran a signé une victoire sans bavure (4-0) face aux Leone Stars.

Mais cette rencontre amicale a éveillé des soupçons d'arrangement illicite, selon des révélations de la BBC. Elle a en effet été organisée dans le dos de la présidente de la fédération sierra-léonaise de football (SLFA), Isha Johansen, qui a elle-même averti le comité d'enquête sur les matches truqués de la FIFA.

L'équipe des Leone Stars, s'est déplacée à l'Azadi Sports Stadium de Téhéran avec une quinzaine de joueurs, dont la plupart étaient de jeunes éléments inexpérimentés. Seuls quelques joueurs évoluant à l'étranger étaient présents.

«On a usurpé mon identité dans cet arrangement»

Image caption Isha Johansen, présidente de la fédération de football de la Sierra Leone.

La présidente Johansen affirme qu'elle n'a appris la tenue de ce match de préparation qu'après le départ de l'équipe pour l'Iran et qu'il a été organisé dans son dos par certains de ses rivaux au sein-même de la SLFA. «On a usurpé mon identité dans cet arrangement», a protesté le dirigeant dans un communiqué envoyé à la BBC.

De leur côté, les Iraniens assurent qu'ils auraient annulé la rencontre s'ils avaient plus rapidement eu connaissance de sa nature véritable. La fédération iranienne avait notamment pris en charge les vols et l'hébergement de l'équipe visiteuse.

Johansen déclare quant à elle avoir finalement autorisé le déroulement du match pour préserver de «futures relations à long terme» avec l'Iran, mais a depuis fait part de ses doutes. «Ma crainte est que de telles activités aient déjà pu prendre place dans mon dos et que je doive un jour en répondre», a confié la dirigeante.

Une enquête de la FIFA vise déjà un potentiel truquage de matches impliquant la Sierra Leone en 2008, dont une rencontre qualificative pour le Mondial entre les Leone Stars et l'Afrique du Sud (0-0).

Lire plus