Sénégal : 20 basketteuses au premier camp de la NBA Academy Africa

NBA, basketball, afrique, sénégal, académie, sport, joueuses, basketteuses Copyright de l’image NBA AFRICA
Image caption Sous la supervision d'anciennes joueuses de renom de la WNBA comme Ruth Riley (USA), Astou Ndiaye (Sénégal), Hamchétou Maïga-Ba (Mali) et Clarisse Machanguana (Mozambique), les 20 filles sélectionnées se perfectionnent actuellement à Dakar.

Une vingtaine de jeunes basketteuses sélectionnées dans huit pays africains participent jusqu'à dimanche à Dakar au tout premier camp d'entraînement féminin organisé sur le continent par la prestigieuse ligue américaine de basket NBA.

La "NBA Academy Africa" a établi ses quartiers depuis jeudi sur le parquet du stade Marius N'Diaye, au coeur de la capitale sénégalaise.

Copyright de l’image NBA AFRICA
Image caption La NBA Academy Africa a porté son choix sur Dakar, la capitale du Sénégal, pour l'organisation de son premier camp féminin sur le continent africain.

Les jeunes joueuses, âgées de moins de 17 ans, sont encadrées par les Américaines Ruth Riley (double championne WNBA et championne olympique à Athènes en 2004) et Jennifer Azzi (championne olympique à Atlanta 1996) et les anciennes internationales Hamchétou Maïga-Ba (Mali), Astou Ndiaye (Sénégal) et Clarisse Machanguana (Mozambique).

"C'est juste beaucoup de travail. On doit travailler chaque jour. Le basket est un sport répétitif donc on ne peut pas se relâcher", a expliqué la Sénégalaise Binata Diatta, 15 ans, après une session d'entraînement.

Copyright de l’image NBA AFRICA
Image caption Inédit en Afrique, ce camp féminin de la NBA Academy Africa entre dans le cadre de la célébration des 20 ans de la fondation Seed Academy (Sport pour l'éducation et le développement économique) basée à Thiès et fondée par Amadou Gallo Fall, vice-président de la NBA en charge du développement en Afrique.

Ce camp est le fruit d'une collaboration, lancée en mai 2017, entre un programme sénégalais d'éducation par le sport, le Seed project, et la NBA Academy, qui s'adresse aux meilleurs espoirs du basket masculin et féminin en dehors des Etats-Unis. Des stages similaires sont prévus en Australie, en Chine et en Inde fin 2018.

Lydie Mwamba, 15 ans, souligne que les filles s'entraînent "rarement" dans son pays, la République démocratique du Congo, parce qu'il y a "trop de guerres".

"Si une Congolaise va jouer ailleurs, elle peut devenir professionnelle, mais pas au Congo", a-t-elle ajouté, en se disant "vraiment impressionnée et heureuse d'avoir été choisie pour venir jouer à l'académie NBA".

Image caption Une joueuse lors d'une session d'entraînement.

"J'ai vu le progrès, notamment pour les jeunes femmes. Quand on les regarde, elles ont soif d'apprendre. Elles aiment que l'on soit ici et que l'on croit en elles", explique Ruth Riley. Nous voulons qu'elles quittent le terrain non seulement avec des connaissances supplémentaires en basket, mais aussi qu'elle aient compris que c'est un moyen d'acquérir une éducation, d'avoir une vie meilleure. Qu'elles quittent le terrain en étant des femmes courageuses et qui ont confiance en elles", ajoute l'ex-championne américaine.

Lire aussi :

La NBA ouvrira une académie au Sénégal

Lire plus