La Chine offre une arène de lutte au Sénégal

Xi Jinping a symboliquement remis à Macky Sall les clefs de l'arène nationale de lutte de Pikine, lors d'une cérémonie. Copyright de l’image AFP
Image caption Xi Jinping a remis à Macky Sall les clefs de l'arène nationale de lutte de Pikine, lors d'une cérémonie.

Le président sénégalais, Macky Sall, et son homologue chinois, Xi Jinping, ont inauguré à Dakar une arène nationale de lutte financée par la Chine.

La première arène dédiée à ce sport très populaire au Sénégal, située dans la ville de Pikine, près de Dakar, a été inaugurée dimanche, second jour de la visite du dirigeant chinois dans la capitale sénégalaise.

Xi Jinping, en visite d'Etat au Sénégal, a symboliquement remis dimanche matin à Macky Sall les clefs de l'arène nationale de lutte de Pikine, lors d'une cérémonie marquée par une chorégraphie de lutteurs.

La nouvelle arène, construite en 28 mois par des entreprises chinoises, est financée par la Chine pour un montant de 32 milliards de francs CFA, environ 48,7 millions d'euros. Elle a une capacité de plus de 20.000 places.

LIRE AUSSI :

Sénégal : le lutteur Yekini à la retraite

Lutte traditionnelle : début du tournoi 2017 de la CEDEAO aujourd’hui

"L'arène nationale vient combler un vide dont souffrait la lutte", a déclaré le ministre sénégalais des Sports, Matar Bâ, cité par l'Agence France-Presse.

L'ouvrage peut accueillir d'autres disciplines sportives comme la boxe et les arts martiaux, mais aussi des activités socio-éducatives, comme des concerts, selon M. Bâ.

L'arène nationale était une vieille doléance des professionnels de la lutte au Sénégal, qui organisaient leurs compétitions dans des stades de football.

Les combats de lutte avec frappe au Sénégal, souvent retransmis en direct à la télévision, mobilisent des milliers de spectateurs et de nombreux sponsors.

Ces derniers contribuent à la prise en charge des frais d'organisation et au paiement aux lutteurs de cachets atteignant parfois plusieurs dizaines de milliers d'euros.