Un contrôle d’intégrité pour un poste à la FIFA

FIFA Copyright de l’image Getty Images
Image caption La FIFA cherche un remplaçant à Kwesi Nyantakyi

Les candidats au siège vacant du Conseil de la FIFA doivent se soumettre à un contrôle sur leur intégrité.

Les cinq candidats pour le siège africain vacant au Conseil de la FIFA sont en train d'être soumis à des contrôles d'intégrité par l'instance dirigeante du football mondial avant que leur participation au scrutin du mois prochain ne soit confirmée.

Le siège de l'ex-président de la Fédération ghanéenne de football, Kwesi Nyantakyi, sera comblé lors d'un congrès de la Confédération africaine de football (CAF) à Sharm El Sheikh, en Égypte, le dimanche 30 septembre.

A lire aussi : La Caf a "commencé à combattre la corruption"

A lire aussi : Le Ghana évite la sanction de la FIFA

La CAF a confirmé que cinq candidats ont été sélectionnés mais doivent passer par un processus de validation de la FIFA avant d'être autorisés à se présenter.

Voici les candidats retenus :

  • Elvis Chetty, président de la Seychelles Football Association
  • Le président de l'Association sud-africaine de football, Danny Jordaan
  • Moses Hassim Magogo, président de la Fédération des associations de football de l'Ouganda
  • Walter Nyamilandu, président de longue date de l'Association de football du Malawi et ancien milieu de terrain international
  • Leodgar Tenga, ancien président de l'Association tanzanienne de football et membre du comité exécutif de CAF

Les candidats Adam Mthethwa du Swaziland et Nick Mwendwa du Kenya se sont retirés indiquent des sources au sein de la CAF.

Seule une candidature sur les trois de la région de COSAFA - Chetty, Jordaan et Nyamilandu - pourrait être retenue.

Le choix se fera après une réunion de l'instance régionale du football à Johannesburg le 9 septembre.

A lire aussi : La face cachée du football africain

A lire aussi : Anas Aremeyaw Anas accusé de corruption au Ghana

Les pays membres de la COSAFA doivent discuter de la possibilité de soutenir un candidat issu de la région et demander aux deux autres de se retirer pour donner au candidat retenu plus de chance de battre ses rivaux est-africains.

Le siège africain vacant du Conseil de la FIFA était occupé par le ghanéen Kwesi Nyantakyi.

Il a démissionné de ses fonctions de président de l'Association ghanéenne de football suite à un scandale de corruption.

Au début de l'année, Nyantakyi a été filmé par un journaliste d'investigation dans une chambre d'hôtel.

Les images le montrent recevant 65.000 dollars en espèces d'un journaliste infiltré se faisant passer pour un homme d'affaires cherchant à investir dans le football ghanéen.