Mutilations génitales : informer pour sauver

Copyright de l’image Thinkstock

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié lundi, pour la première fois, des directives à l'intention des professionnels de santé sur la façon de traiter les femmes victimes de mutilations génitales.

Selon l'OMS, quelque 200 millions de femmes et filles dans le monde ont subi des mutilations génitales. La majorité d’entre elles se trouvent en Afrique.

En raison des migrations observées ces dernières décennies, les cas de mutilations génitales sont présents en Occident où les médecins n'ont pas ce genre d'expérience, d'où la nécessité de ces directives.

Les victimes souffrent de multiples problèmes de santé, comme les saignements, inconfort lors de l’acte sexuel, décès pendant les accouchements et traumatisme psychologique.

L'OMS indique que plus de 500 000 femmes et filles aux Etats-Unis ont subi ou sont menacées de subir des mutilations génitales alors que 66 000 encourent le mme risque.